• Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Documents Publications Nain de couleur cendré écru

Nain de couleur cendré écru

Envoyer Imprimer PDF

nain cendr cru.jpg - 22.54 Kb nain cendr cru1.jpg - 23.15 Kb

 

Pays d'origine : France

Ascendance : Nain Chinchilla x Nain Agouti brun

Obtenteur : FISCHER Bernard (68 Mulhouse-Dornach)

Importance: Très peu répandue

Club de race national officiel :
Union Nationale des Éleveurs Sélectionneurs de Lapins Nains.

Président :  Paul BRAVO 
21, rue de Condorcet  63800 COURNON D'AUVERGNE
04 73 73 95 13
http://unesln.pagesperso-orange.fr

 

Historique:
Créer une race ou une variété nouvelle est certainement  un rêve cher à beaucoup de cuniculteurs passionnes.

Ce rêve, Bernard FISCHER de Mulhouse-Dornach a réussi à le réaliser. Il est en effet l'obtenteur du patron de coloration Cendré Écru que la commission des standards Lapins vient d'homologuer. Cet aboutissement couronne une quinzaine d'années de persévérance dans la section du lapin nain. En fait, l'heureux obtenteur avait (et a toujours) pour objectif de nanifier le Papillon Anglais. Les nombreux croisements et accouplement nécessaires à cette opération font apparaître dans la descendance un large éventail de modèles de coloration plus ou moins corrects. Comme le processus de reconstitution du dessin du papillon dure des années, est très aléatoire et fastidieux (j'en sais quelque chose pour être dans la même galère), la tentation d'utiliser parallèlement certains modèles de coloration obtenus, qui paraissent originaux, est tout à fait naturelle.

Disposant de suffisamment de place, Bernard FISCHER s'est engagé dans cette voie. Il n'en était pas à son coup d'essai puisque auparavant il avait déjà sélectionné deux modèles de coloration peu courant chez les nains : le Loutre et le Martre Agouti. Sa déception était grande à l'époque, car après les avoir examiné, je lui ai dit qu'il avait réalisé un excellent travail, mais qu'il ne pouvait être question d'une obtention originale puisque le modèle Loutre était déjà reconnu chez les Rex et que le Martre Agouti existe depuis longtemps dans les pays Anglo-Saxons.

Mais cela n'a pas découragé Bernard FISCHER qui a de la suite dans les idées. Quelques années plus tard, j'étais assez scep­tique lorsqu'il m'a dit : "Viens voir ! Cette fois j'ai obtenu quelque chose de vraiment nouveau". Mon scepticisme a vite disparu lorsque j'ai vu le nouveau patron de coloration. A première vue, la teinte moyenne me faisait penser au Schwartzgrannen ou Celler Weisse. L'ensemble manquait cependant d'homogénéité et la teinte variait d'un sujet à l'autre selon que le voile était plus ou moins opaque, allant du beige très clair au brun clair. De plus, nous nous trouvions manifestement en pré­sence de deux modèles de colora­tion : l'Agouti et le Martre Agouti.

Chez le modèle Agouti, la teinte était très homogène et régulièrement répartie sur le corps, y compris la tête. Le modèle Martre Agouti se caractérisait par des extrémités, nettement plus assombries. Un choix s'imposait pour pouvoir définir, une orientation sélective qui permette d'aboutir rapidement. Nous, en avons longuement discuté. Se fiant à son intuition et à son expérience, Bernard FISCHER opta, pour le modèle Agouti, avec un voile léger déterminant une teinte nuance cannelle diluée, très homogène sur le dessus du corps. Un nom fut choisi : Cendré de Dornach et une proposition de standard formulée et transmise à la Commission des Standards : La période probatoire pouvait commencer.

Il s'avère, aujourd'hui que ce choix fut le bon puisque le seuil d'expression du pigment requis est assez facilement maîtrisable car les dérives vers une trop importante concentration ou une trop forte dilution du pigment sont aisément canalisables par un éleveur sélectionneur moyen La tendance à l'assom­brissement des extrémités persiste de même. que la sous-couleur bleu­tée se manifeste parfois encore sur les hanches de certains sujets. Mais ces défauts seront atténués lorsque le patrimoine génétique sera mieux circonscrit.

Aujourd'hui, après avoir été présenté en de nombreuses Expositions importantes durant ces trois dernières années, le Cendré écru, alias Cendré de Dornach, vient enrichir comme variété originale notre patrimoine racial. Souhaitons que sa population s'étende rapidement et que les souches se multiplient pour garantir son avenir sans oublier, de féliciter l'éleveur pour cette belle réalisation.

Caractéristiques à rechercher : Ce sont celles du Nain de couleur
Poids idéal compris entre 1 kg et 1,350 kg.

Corps court, aussi large que profond. Croupe bien arrondie.

Tête particulièrement courte et volumineuse, avec une sphéricité prononcée et un dimorphisme sexuel peu marqué.

Yeux proéminents et oreilles très courtes.

Fourrure relativement courte, dense et fine. On reconnaît un pelage dense et bien structuré par un rehaussement longitudinal des poils dans la partie médiane sur le dos et sur la croupe.

nain cendr cru2.jpg - 23.89 Kb

Quelques hypothèses concernant le génotype du Cendré
Dr Samuel BOUCHER Juge cunicole officiel

Suite à l'homologation récente de la variété naine Cendré écru créée par Bernard FISCHER et primitivement appelée "Cendré de Dornach", il m'a été demandé de faire un petit commentaire sur le modèle de coloration original que présente cet animal.

Les différents animaux qu'il m'a été donné de voir durant les trois années préalables à l'homologation m'ont aidé à étayer des hypothèses possibles quant au génotype de ce modèle original. Il conviendrait de les tester et, dans cette attente, je vous fais part de ces "pistes" qui seront, un jour je l'espère, explorées.

Dans le premier cas, le plus couramment admis, il s'agit d'un Agouti fauve sur lequel on a fait disparaître les pigments jaune grâce à l'apport des gênes "Cch" et qui, par ailleurs est muni de gênes "b" permettant l'obtention de pigments bruns. Son génotype est donc

A+ bcch D+ e
A+ bcch D+ e

Or, un tel animal apparaît en général pratiquement blanc. Il est toutefois possible de voir quelques nuances lorsqu'on souffle dans la fourrure et le dessin des trois zones Agouti (sous-couleur, entre-couleur et couleur) apparaît en camaïeu blanchâtre. C'est un peu, comme lorsqu'on regarde un chat ou une panthère noire de près, le dessin reste visible. Or, ce n'est pas exactement le cas du Cendré. Un voile apparaît assez bien marqué et s'explique mal sur un patron Agouti. Néanmoins, il est possible de l'admettre en substituant, dans le génotype proposé, le gène "e", propre au fauve et par ailleurs mal cerné, par le gène "E+".

Néanmoins, dans cette hypothèse, les pigments brun sont bien exprimés et nous obtenons un "chinchilla brun" avec la base et l'extrémité des poils bruns pour arriver au Cendré, il faut donc ajouter des polygènes d'extension de la bande fauve des poils Agouti. Dès lors, la bande fauve s'étend sur le poil jusqu'à ne laisser apparaître qu'une légère pigmentation brune des extrémités. C'est cette zone "résiduelle" qui crée le voile. Son génotype serait alors

A+ bcch D+ E+ + polygènes d'extension
A+ bcch D+ E+

Cette hypothèse -tout à fait plausible- est un peu complexe, je le conçois, mais le patron Cendré n'est pas simple. Il faut se pencher vers d'autres solutions et se demander si l'ascendance présumée d'Agouti brun, donnée à titre indicatif dans le standard, est bien celle qui a contribué à établir le pa­tron. Non que la parole de notre ami Bernard FISCHER puisse être mise en doute, mais il est possible que l'Agouti ait possédé des gènes récessifs qui soient à l'origine du patron. Pour ma part, je pense que l'animal a bénéficié, peut-être au travers de l'Agouti parental cité, de la présence de gênes propre à la couleur chamois et ses dérivés. En effet, lorsqu'on adjoint les gênes "Cch" aux gênes "act", on élimine le fauve de la fourrure tout en gardant le voile. La note précisant que le dessus et l'extérieur des pattus est plus blanc va dans ce sens. Ces zones sont celles où le fauve est le mieux exprimé chez les chamois et elles deviennent blanches grâce aux gênes chinchilla.

Toutefois, il faudrait que le modèle chamois ait été altéré au point de perdre sa bande ventrale foncée. C'est tout à fait possible et je l'ai déjà montré au cours d'expériences publiées par ailleurs. L'utilisation d'un modèle Cendré sablé aurait d'ailleurs le même effet. Néanmoins, chez l'un comme chez l'autre, il faudrait trouver des animaux au masque très faiblement exprimé. Ces animaux existent même s'ils sont délaissés pour les expositions. Enfin, la couleur brune, là encore, serait due à l'adjonction de gênes "b". Le génotype alors retenu serait

act bcch D+ E+ + polygènes de réduction de la bande ventrale
act bcch D+ E+

Le modèle cendré, très original, est un réel apport à la liste des variétés de nains de couleur retenus. Nous nous devions de le reconnaître et nous pouvons féliciter son créateur pour le travail réalisé. Tou­tefois, la génétique de cette robe est encore mal cernée et, en l'absence de renseignements plus précis, nous ne pouvons faire que des hypothèses. Si l'élevage de la variété se répand, ce qui est à espérer, nous pourrons sûrement mieux comprendre cette coloration et, qui sait dans quelques années, apporter une conclusion à cet article.

Fil d'Ariane : Documents Publications Nain de couleur cendré écru