bleu-vienne.JPG (18856 octets)Le Bleu de Vienne

Pays d'origine: Autriche

Ascendance: lapins géants

Importance: assez répandu

Club de Race National Officiel :
Club français du lapin de Vienne
Monsieur Frédéric KIEMLE 45  rue principale 67140 LE HOHWALD

Historique et généralités

Nous dissocions, comme il se doit, les Bleus des Blancs. Quand il parle du Bleu de Vienne, Fr JOPPICH nous dit que c’est une race relativement jeune. Il est certain que quand une race n'a qu' un siècle d'existence, elle est encore adolescente. C’est le propre de beaucoup de races de lapins. Les lapins bleus sont, pour leur part, apparus depuis des temps reculés et en des endroits très divers, ainsi que bien d'autres coloris. Comme l'a écrit Paul Schlie dans le beau livre de Paul Mahlich, la couleur bleue n'est une particularité raciale. Le biologiste Hollandais Leuwenhock, au 17ème siècle, les connaissait et les décrivait.

E. Jagsch, auteur d'un opuscule sur le Bleu de Vienne en Allemagne, signale que son grand-père possédait des lapins bleus vers 1850.

H. Schwaab parle dans son ouvrage de lapins bleus observés en Moravie en 1860 très fréquemment dans presque chaque maison de journaliers et d’ouvriers tisserands, autour de Heinzendorf et Zwittau. Il appartint cependant à J.K. Schultz d’être reconnu comme le père des Bleu de Vienne, ou plus précisément des lapins de tonalité gris-bleu qui sont à l'origine de la race. Ces lapins bleus seraient issus de croisement entre lapins dits Lorrains et Géants en provenance de Belgique, avec apport de Béliers. On a même parlé de Lorrains Jaunes et de Géants Noirs. Dans son bel ouvrage sur les lapins de Vienne, F.Schaedtler écrit que ces Lorrains n'étaient pas les mêmes que ceux que nous connaissons aujourd'hui, qui sont des Géants Papillons. La couleur bleu gris correspondait à l’une des nombreuses expressions du pelage dit "agouti-dilué".

En 1895, quinze lapins furent exposés à Vienne sous la dénomination, Géant Bleu de Vienne, ce qui était justifié puisque leur poids oscillait aux alentours de 6 kg. Il semble, du reste, que Schultz recherchait plus la taille et la conformation que la couleur. C’est sous ce nom que ces lapins Viennois firent leur entrée en Allemagne en 1903. A Hambourg en 19O5, trente Vienne furent exposés. Par suite de l'orientation sélective que donna le Club International de la race quelques années après, la couleur uniforme d'un bleu soutenu fut seule retenue, et la taille un peu réduite (4,5 à 6 kg). Les leaders de ce mouvement qui permis d'assurer l'essor du Bleu de Vienne furent MM Weidner, Ehrentraut et Otteman.

On n’avait pas attendu cette époque pour parler du Bleu de Vienne dans d'autres pays européens, et déjà en 1899, Louis Van Der Snickt, rendant compte outre-quiévrain de l'exposition d'Utrecht, disait que cette nouvelle race sortait d'un croisement de Géant des Flandres et d'Argentés. Le nom de Géant Bleu de Vienne, alors pratiqué, ne semblait pas satisfaire Polydore de Keghel, expert Belge renommé, qui considérait que ce lapin n'avait de géant que le nom. Les auteurs Belges discutèrent même de l'origine de la race, qu'ils pensèrent finalement... Belge.

Aux dires d'Eugène Meslay, Carlos Blank de Bréda avait encore une autre opinion. Il faisait descendre le Bleu de Vienne du Bélier Bleu, dont on aurait sélectionné tous les sujets à oreilles plus ou moins dréssées pour en raire une race à oreille droite.

En Angleterre, la question avait été vite tranchée l'émersion du lapin Bleu Impérial.

J.J. Lemarié, dans le numéro spécial sur les lapins de "vie à la campagne", paru en 1920, résume assez bien la situation en France des lapins Bleus en ce début de siècle : "La lutte d'autrefois entre les anciens et les modernes n'a pas fait couler plus d'encre qu’en ont déversé les amateurs de lapins bleus, se disputant la priorité du Bleu de Vienne et du Bleu de Beveren". Aussi curieux que cela puisse paraître aujourd’hui, on distinguait bien mal les différences entre Beveren et Vienne, en France, avant la grande guerre.

Parlant de l'exposition de Paris en 1911, dans son journal "Lapins et Cobayes", E. Meslay écrit : "Dans le Beveren, il y avait des Vienne et vice-versa. Il est vrai que les différences qui caractérisent les deux races sont bien peu tranchées". Certains ex exposant présentaient même des Géants Bleus de Bretagne. Ce n'est qu'à Moulins en 1913 que Meslay dit avoir vu des Vienne et des Beveren bien caractérisés. Néanmoins ce que Mlle Lemarié a appelé la "salade des lapins bleus" se perpétua un certain temps, malgré les conseils avisés des grands cuniculteurs d'alors. Le standard établi par le Compte Auguste de Montaigu, fut adopté la Société Française de Cuniculture le 24/04/1926.

Ainsi qu'il a été dit plus haut, le Bleu de Vienne se développa vite en Allemagne, où on s'attacha à perfectionner l'intensité et la chaleur de la couleur tout en ramenant le type vers un format moyen. Il en fut de même en Hollande, pays qui adopta très rapidement cette race.

A l'heure actuelle, ainsi que chacun le sait, les Bleu de Vienne sont largement répandus en Allemagne, Suisse et Hollande, à un moindre degré dans les autres pays du continent.

Jacques ARNOLD, Extrait de La France Cunicole.

Caractéristiques essentielles à rechercher

VOIR AUSSI: Présentation des Viennes par J Arnold

Blanc de Vienne

Gris de Vienne

Gris Bleu de Vienne