Néo ZélandaisNéo-Zélandais

Pays d'origine: U.S.A

Ascendance: lapins colorés américains

Importance: très répandu

Association Française des Eleveurs de Californien et Néo Zélandais
Mr André MARMORAT   Terre des Grands Bois
71300  SAINT BERAIN SOUS SANVIGNES

Historique et généralités.

C'est une race originaire des USA ; ce lapin descend des lapins colorés Américains dont il est l'albinos. Il a été sélectionné dès le départ sur ses qualités de production de viande : bonne vitesse de croissance, précocité, indice de consommation, poids.

Débuts sélectifs remarqués : première décade de notre siècle. Les avis sont partagés sur son origine : lapins sauvages Néo-Zélandais (Californie 1909) croisement Lièvre Belge x Golden Fauve. Il s'agissait, dans tous les cas de Néo-Zélandais colorés (fauve).

Les classes observées vers 1913/1915 étaient de couleur variée et bigarrée avec ventre blanc, œil cerclé pâle et oreilles galonnées. Type assez sommaire, oreilles développées (on retrouve quelques analogies avec les Fauves de Bourgogne primitifs).

Le premier standard fait état d'un lapin de grande taille (le plus grand possible) dans de nombreux coloris : gris, roux, noir, brun, bleu, blanc. A partir de 1920 : corps ou forme et longueur moyenne – mâles 9 livres, femelles 10 livres. Recherche de viande ferme et lourde sur tout le corps excepté de graisse de couverture, ni flasque, ni décousue.

Après la seconde guerre mondiale, le premier à avoir parlé du Néo-Zélandais en France est Maître J-F RAMBAUD, dans un article paru dans la revue COCORICOS d'Août 1957, avec photographies de Néo-Zélandais très typés.

Ce fut un scoop et une cause d'énorme étonnement pour les éleveurs français pas habitués, surtout à l'époque, à voir ce type de conformation. Article intitulé : "Champion New-Zeland…" Article reprenant tout le descriptif complet de la race avec des adjectifs appropriés pour un animal de viande idéal.

Le meilleur… bête bien construite… aussi viandeux que possible… bien remplie de chair ferme et lourde… manifestant force et vitalité…

Et J-F RAMBAUD de résumer son anthologie du Néo-Zélandais : "Modèle de sélection intelligente amenant à son plus haut point la productivité d'un animal".

En 1959, 1960, 1961… 1964, la revue "VOS LAPINS" sous la plume de son rédacteur en chef J-F RAMBAUD, reprend toutes les études approfondies sur le Néo-Zélandais, avec toutes les remarques positives qui s'y attachaient, mais aussi toutes les distorsions sélectives à éviter : difformités, vulgarité d'albinos commun, ligne Tas (épaississement déséquilibré).

On doit à J-F RAMBAUD d'avoir présenté et commenté le Néo-Zélandais en France. Ce fut aussi le véritable initiateur de ce qui allait devenir l'élevage du lapin de chair. Le Néo-Zélandais fut introduit en France en 1960 par les moines de l'abbaye de Bellefontaine en Vendée près de Cholet. René COMBESCOT (Aube) en importa également des USA ensuite et en développa une belle sélection.

Bibliographie : Jacques ARNOLD – FFC INFO - Octobre 1994

 Caractéristiques essentielles à rechercher