Préliminaires de la démarche.


Une lettre du Ministère de l’Agriculture adressée à la Fédération Française de Cuniculiculture, le 17
septembre 2013, précise que « l’Institut National de la Recherche Agronomique joue, pour les races
patrimoniales de lapins, le rôle d’institut technique chargé de la gestion génétique ».
Le Directeur du Cabinet, ajoute que « L’objectif est de proposer aux éleveurs amateurs un dispositif
d’identification et d’enregistrement des généalogies adapté aux conditions d’élevage des races
locales ».
Le principe de tatouage unique (qui est enfin une réalité au 1er janvier de cette année sur tout le
territoire national) est considéré par le Ministère de l’Agriculture dans le même courrier, comme « la
condition indispensable pour permettre la saisie et le traitement des données recueillies suivant les
préconisations de l’Institut National de la Recherche Agronomique, ceci afin d’assurer à moyen terme,
…, la gestion de la variabilité génétique des races de lapin. A plus long terme, les caractères de
reproduction, de croissance et de résistance aux pathologies pourront être améliorés par une
sélection reposant sur l’enregistrement individuel des performances et la généalogie des animaux ».

Téléchargez le courrier explicatif 

GeneaFFC