Havane (type allemand) - Havanna (mars 2020)

Havane (type allemand) - Photographie W. HOEKSTRA

Pays d'origine : Pays-Bas 1899
Créateurs : Plusieurs éleveurs ont participé à fixer cette race aux Pays-Bas. On peut citer Messieurs Jordan, Jac Von der Horst, Johan Haisert, Von Wersch, Pit Schelling, G. Jacobs, Jo Muysert et L. M. Hamaker.
Ascendance : Gris brun sauvage, Beveren bleu, Russe
Importance : Rare en France


Standard adopté par la Fédération Française de Cuniculiculture
lors de la publication du recueil édité en 2015

Club de race national officiel :
Pas de Club en France


Havane (type allemand) - Havanna (mars 2020)

Traduction : Jeannine JEHL et Yvon WEISSENBACHER

Réalisation présentation : Jean-Jacques MENIGOZ- Historique et généralités - Trois textes-vous sont proposés



Les premiers lapins « Havane » ont été présentés sous l’appellation Ingenschen Feueraugen lors d'une exposition à Utrecht (Pays-Bas) en 1899 par le fermier De Honders d'Ingen dans la classe des animaux de croisement.
De Honders avait trouvé deux de ces animaux, un mâle et une femelle dans une portée de lapins blanc grisâtre. De Honder avait été particulièrement frappé par la couleur brun chocolat et les yeux à reflets rubis de ces lapins, d’où le nom qui leur a été attribué.
Selon les descriptions de l’époque, les deux animaux avaient toujours des marques blanches sur le front. Les éleveurs W. Jan van der Horst et Johann Haisert d’Utrecht achetèrent ces animaux avec l’intention de produire uniquement des lapins de couleur brune. La femelle n’ayant pas eu de jeunes, le mâle fut croisé avec des lapins géants gris fer, des feux noirs et des bleus de Beveren. Les meilleurs résultats furent obtenus lors des accouplements avec les lapins bleus et les lapins feu noirs. Les éleveurs appelèrent la race « Biberkaninchen » en raison de la couleur brune du manteau. Par la suite Pit Schelling de Yarteur acheta 3 mâles et 2 femelles à van der Horst et à Haisert. Deux couples furent immédiatement revendus en France. Il accoupla le dernier mâle avec des lapins russes et obtint des lapins plus petits et plus légers.
En France, des "lapins de couleur castor" (Bieberkaninchen) ont été croisés avec des lapins russes et des lapins argentés, permettant également l’obtention de lapins plus légers ; qu’on appela havane français. Ceux-ci furent récupérés et travaillés par des éleveurs hollandais.
Les lapins Havanes français les plus légers ainsi que les lapins havane hollandais les plus lourds arrivèrent alors en Allemagne et furent élevés en parallèle pendant les premières années. Le type lourd s’imposa alors au fil du temps en Allemagne et devint le havane allemand.
Il n'est pas improbable que des animaux du type et couleur havane soient apparus à d'autres endroits des Pays-Bas et de la France en même temps.

Traduction du texte de 1940 de Schaedtler (Pays-Bas) extrait de son ouvrage « KONIJNEN ».
Attention à remettre dans son contexte
En 1898, un fermier, M. de HONDERS à Hingen (proche d’Utrecht) a trouvé cette couleur dans un nid de lapins croisés, où s’était produit une mutation.
Les éleveurs d'Utrecht Jo MUYSERT et Jac. von der HORST, ainsi que le patriarche des juges, G. JACOBS ont réussi à conserver cette couleur offerte par Mère Nature en croisant le mâle havane restant avec des Russes et en recroisant les sujets noirs de la première génération à la mère du mâle havane.
En plus des éleveurs d’Utrecht mentionnés ci-dessus, le juge L. M. HAMAKER, Haarlem, a également fait beaucoup pour la propagation de la race dans les premières années.
En 1902, le Havane été présentée pour la première fois à Paris. NDLR : Melle Jeanne LEMARIE possédait sa propre souche.
En 1906, elle arriva, en Allemagne, via la Suisse.
En 1908, Miss M. ILLINGWORTH en importa en Angleterre, via la France, plus tard, directement à partir de notre pays.
En 1926, Fritz SCHAEDTLER exposa au Crystal Palace de Londres une collection de 24 sujets. Ils furent achetés par Mrs J. DUNLOP, BELL, BYTH et SCOTLAND. En 1927, il exporta également des Havanes vers l’Angleterre.
Quelques années plus tard, des mâles anglais furent de nouveau amenés dans notre pays pour l'amélioration des couleurs.

HavaneAllemand2

Traduction du texte de 1959 de Joppich (Allemagne) extrait de son ouvrage « DAS KANINCHEN ».
Attention à remettre dans son contexte
Le lapin Havane est une race moyenne un peu légère, qui jouissait d'une grande popularité durant de longues années et était également répandue au-delà des frontières de l'Allemagne. Par sa séduisante couleur d’un brun profond-rouge, cette race a connu, dès la présentation des premiers sujets lors d’expositions, un essor rapide, puis a connu le déclin avec l’arrivée de nouvelles races. Il a fallu de gros efforts pour permettre à cette race de retrouver l’intérêt qui lui est dû.

Origine
Des écrits indiquent que cette race, comme bien d’autres, est apparue presque simultanément, en différents endroits.
Dès 1899, à Utrecht (Hollande) elle fut exposée sous la dénomination « Lapin aux yeux de feu ». Ce n’étaient pas encore des animaux d’un brun pur, comme ils furent présentés quelques années plus tard, mais des tachetés de couleur brun et blanc avec les yeux rouge brillant du Havane actuel. L’origine de ces sujets hollandais vient donc de lapins tachetés, bien que des lapins gris et blanc aient été mentionnés comme base pour la nouvelle couleur. La couleur blanche du tacheté avait déjà bien régressé, ne laissant apparaître que quelques petites marques, et avait laissé la place à la couleur brune.
La genèse du Havane devrait donc s’expliquer de la même façon que pour le Vienne bleu, avec, pour différence chez le Vienne, des ancêtres de lapins de couleur garenne bleu, alors que chez le Havane, ce sont des garennes bruns.
Le fait que la couleur de départ soit décrite comme grise découle du fait que la mère de ces premiers animaux bruns était inscrite en gris-blanc. Les connaissances génétiques de l’époque sur l’hérédité des couleurs devaient être bien minces, sinon la création de nouvelles races aurait été bien simplifiée. Durant les années suivantes on croisa ces lapins bruns, dont il ne restait qu’un seul mâle, avec d’autres races comme du Géant gris, du Bleu de Beveren (une variante très claire, adoucie, de la couleur Bleu de Vienne). C’est principalement avec cette dernière race que de nouveaux sujets bruns ont vu le jour. De par leur couleur, ils furent appelés « Lapins castor », ce qui n’était pas erroné, car ils avaient plus de similitude avec la couleur castor qu’avec la couleur martre, qui fut également utilisée comme comparaison.
Les Havanes d’origine hollandaise étaient, au début, relativement grands, s’approchant des races moyennes lourdes. Dès les premières années de sélection, des lapins ont été exportés à différentes reprises vers la France, où la race, s’est, après avoir été croisée avec des petites races, comme le Russe, s’est largement propagée.
NDLR : Il faut rappeler ici que dès 1902, à l’Exposition de la Société Nationale d’Aviculture de France, Melle Jeanne LEMARIE, avait exposé ses premiers sujets Havanes de petite taille. A cette époque, la France avait déjà sa souche de lapin Havane.
Peu après 1900, la race fut également connue en Suisse, grâce à l’éleveur A. RIES, de Bienne, qui a contribué à son expansion. Il exposa, en 1906, les premiers sujets de cette race à Hambourg en Allemagne, en même temps qu’un couple de Feu Brun et en fit cadeau au juge cunicole BEHRENS de Leipzig. Ce dernier exposa les premiers Havane allemands à Leipzig en 1907. L’entrée de la race se fit donc par deux pays, par la Hollande, pays d’origine, et d’autre part par la Suisse, d’où sont arrivés quelques autres animaux au fil des années qui suivirent.
Le premier club de la race Havane a été créé en 1905 en Suisse. En tant que co-fondateur de cette association, l’auteur (Joppich) connaît bien le parcours de cette race. Il y eu une telle demande pour le Havane que les éleveurs eurent du mal à satisfaire tout le monde. Les membres du premier club basé à Zurich, exposa, il y a 50 ans, à Leipzig des sujets qui étaient harmonieux dans la forme et la grandeur. La brillante couleur châtaigne connu un grand succès. Les animaux venus de Hollande n’ont pu connu le même succès auprès des éleveurs, et n’ont guère été élevés autre part qu’en Rhénanie.
Beaucoup de non-sens furent commis dans les élevages de l’époque, lorsque l’on sut que la couleur s’obtenait facilement en croisant avec du Russe. Tout ce qui ressemblait un tant soit peu à du brun trouva preneur, et ce à des prix astronomiques. L’élevage hasardeux continua quelques années, jusqu’à l’effondrement total de la demande. Il faut mentionner que dans les nichées des premiers Havanes de petit format, se trouvaient avec des bruns, des Russe et des Feh très clairs, qui furent tués après la naissance. Ces sujets de couleur feh furent reconnus ultérieurement comme Feh de Marbourg. Les descendants de ce groupe ont gardé le dessus et se sont développés en une race constante, élevée au niveau international dans la même couleur et la même forme.
Les Hollandais conservèrent le grand type, mais au fil des années celui-ci changea pour devenir un lapin plus petit de forme régulière et trapue. Dans son pays d’origine, le Havane régressa à tel point qu’il fallut en importer d’Allemagne pour l’amélioration de la race.
Mon vieil ami Fritz SCHAEDTLER de Rotterdam, a largement contribué à l’essor du Havane en Hollande. Il a également amélioré, avec sa souche, les Havanes élevés en Angleterre.
Longtemps, le Havane était très répandu en Allemagne et a également été « travailler » de manière uniforme en termes de couleur, de forme et de taille grâce à un suivi régulier sous la direction de certains clubs spéciaux. Mais l’espoir de voir, le Havane devenir le lapin de fourrure ne s’est pas réalisé. Aujourd’hui nous savons que presque toutes les peaux de lapins doivent passer par un processus de finition, avant de pouvoir être utilisées dans la pelleterie. Ceci n’est pas seulement valable pour le Havane, la couleur naturelle de la plupart d’autres races est trop différente et non durable pour être utilisée dans sa couleur naturelle sans restriction.

HavaneAllemand3Pour compléter cette partie, quelques précisions sur les échelles de poids actuellement en vigueur, relevées sur les Standards de différents pays.
Standard européen (lHavane type allemand base utilisée en France) race moyenne
mini 2.5 - idéal 3.25 à 4 - maxi 4 kg
Standard allemand race moyenne Poids mini 2.75 - idéal 3.25 à 4 - maxi 4 kg
Standard néerlandais race moyenne Poids mini 2.5 - idéal 3 à 3.4 - maxi 3.5 kg
Standard belge race moyenne Poids mini 2.5 - idéal 3 à 3.5 - maxi 3.5 kg
Standard belge petite race Poids mini 2 - idéal 2.5 à 3 - maxi 3 kg
Standard anglais petite race fourchette comprise entre 2.5 à 3 kg
Standard suisse petite race Poids mini 2.5 - idéal 2.7 à 3.1 - maxi 3.3 kg
Standard français petite race Poids mini 2 - idéal 2.5 à 2.9 - maxi 3 kg

Caractéristiques à rechercher
Poids idéal compris entre 3.250 kg et 4.000 kg.
Corps compact et massif. Avant-train bien développé, plein et large. Le type est cylindrique.
Ligne dorsale régulière se terminant par une croupe bien remplie et d’une rotondité parfaite.
Fourrure très dense, de longueur moyenne. Poils recteurs régulièrement répartis.
Tête courte, forte et large avec un front large, un museau très développé et des joues bien remplies.
Oreilles de forte consistance. Longueur idéale de 10 à 12 cm.
Couleur de couverture brun marron très soutenu et lustré, s’étendant de façon homogène sur l’ensemble du corps.
L’iris des yeux est brun à reflets rubis. Les ongles sont corne foncée.
HavaneAllemand4 HavaneAllemand5



Bibliographie :
Fritz Schaedtler : Konijnen, Utrecht, Uitgeversmaatschappli W. De Haan N.V. 1940
Friedrich Joppich: Das Kaninchen, Berlin, VEB Deutscher Landwirtschaftsverlag, 1967
John C. Sandford: The domestic rabbit, 5th edition, Blackwell Science, Oxford 1996
Wolfgang Schlolaut: Das große Buch vom Kaninchen. 2. Auflage, DLG-Verlag, Frankfurt 1998
Havannakaninchen, in: Der Kleintierzüchter – Kaninchen 1/1999
Majaura: Schokoladenbraune Havannakaninchen, in: Der Kleintierzüchter – Kaninchen 24/2005
Standard français 2015 – Editeur F.F.C.