Hermine

Hermine aux yeux roses - photo : Eddy MAYEUR

Pays d'origine : Angleterre
Ascendance : Hollandais
Importance : Assez répandue

Standard adopté le 20 décembre 1920 par la Société Française de Cuniculiculture,
et homologué le 17 janvier 1921 par la Fédération Nationale des Sociétés d'Aviculture de France.


Club de race national officiel : Union Nationale des Eleveurs Sélectionneurs de Lapins Nains.
Clicclub3

 

Historique et généralités.
Les premiers Polonais (Polish) ont été exposés en 1884 à Hull en Angleterre. C'étaient des "petits lapins" sélectionnés dans une population de lapins importée de Pologne et dont la taille avoisinait celle du lapin sauvage.

Il est cependant probable, qu'à un moment donné, des croisements ont été effectués avec d'autres races ; le Hollandais et l' Argenté sont citées. Parmi les spécialistes impliqués dans cette création on cite J. MEYNELL et George HEDWORTH.

A la fin du 19e siècle et au début du 20e, beaucoup de Polonais ont été exportés vers le continent, et notamment vers l' Allemagne, la France et la Hollande...
En 1908, Eugène MESLAY écrivait que le Polonais devait être aussi petit que possible, que son corps était court et très large avec un poids maximum de 1,500 kg.
Il avait une tête courte, forte et arrondie. Son œil était grand et proéminent.
Ses oreilles étaient petites et droites, assez large à leur base et pointues au sommet...
Enfin le poil de la fourrure était court, fin, serré et luisant.

La race n'évolua que très peu sur le continent avant la première guerre mondiale car la conjoncture ne lui était pas favorable puisque les grandes peaux se vendaient mieux que les petites et que les carcasses moyennes à grandes convenaient mieux pour satisfaire les impératifs de consommation de cette époque.

Cependant, il y avait toujours des originaux pour préserver à sélectionner les plus petits reproducteurs.

En Allemagne, certains éleveurs arrivaient même à bien vendre les petites peaux, censées imiter celle de l' Hermine - la vraie -. C'était la mort du Polonais et la naissance de l'Hermine dans ce pays.

C'est dans les années 20 qu'apparurent chez l'Hermine les changements morphologiques caractérisés, oreilles très courtes, tête courte, grosse, yeux proéminents qui ajoutés à la masse corporelle de plus en plus réduite allaient en faire un vrai nain.

L'Hermine aux yeux bleus, aussi appelé Hermine de Saxe, apparut en 1918 (LOHSE et KLUGE) et l' Hermine aux yeux bruns (Gerhard DITTRICH) quelques années après.

Dans les années 30, le grand spécialiste cunicole hollandais Fritz SCHAEDTLER et Joop de JONG schématisaient le type (conformation) idéal du Polonais par un alignement de trois sphères d'un même diamètre, deux volumes pour la masse corporelle (tronc) et un volume pour la tête (voir la copie d'un schéma original ci-joint).

Plusieurs générations d'éleveurs allaient s'inspirer de ce modèle pour orienter leur sélection.

Le premier standard français a été établi en 1910 par le Club des Eleveurs de Lapins et il a été adopté le 17 janvier 1921 par la Commission des Standards de la Société Française de Cuniculture. Le poids maximum était fixé à 1,750 kg.

Jacques CZESCHAN

 

Caractéristiques essentielles à rechercher :

Poids idéal compris entre 1 kg et 1,350 kg.
Corps court, aussi large que profond. Croupe bien arrondie.
Tête particulièrement courte et volumineuse avec une sphéricité prononcée et un dimorphisme sexuel peu marqué.
Yeux proéminents et oreilles très courtes.
Fourrure relativement courte, dense et fine. On reconnaît un pelage dense et bien structuré par un rehaussement longitudinal des poils dans la partie médiane sur le dos et sur la croupe.

Hermine aux yeux bleus - photo : Eddy MAYEUR
Tête d'Hermine aux yeux bleus - photo : Philippe GINFRAY

Hermine de Lutterbach à oreilles panachées ou colorées

Hermine de Lutterbach : à oreilles colorées.

Photos : Jacques CZESCHAN

Pays d'origine : France
Ascendance : Hermine yeux roses et Nain Martre gris bleu agouti
Importance : très peu répandue
Créateur : Jacques CZESCHAN
Race reconnue le 11 novembre 2004 à Mulhouse

Club de race national officiel : Union Nationale des Eleveurs Sélectionneurs de Lapins Nains.
Clicclub3

 

Historique:

Un patron de coloration inédit.

On peut se demander pourquoi une race nouvelle, alors qu'il en existe déjà beaucoup ? Je répondrai que de mon point de vue c'est dans la logique des choses, mais que ce n'était pas une idée fixe et encore moins mon objectif de la créer.

Car, ma motivation depuis trente cinq ans que j'élève du lapin de race pour mon plaisir, peut se traduire en quelques mots : apprendre, comprendre et partager avec d'autres éleveurs la passion pour le Lapin !

Apprendre d'abord le savoir livresque et l'appliquer dans mon petit élevage pour explorer le polymorphisme de l'espèce sous tous ses aspects et constater combien les résultats peuvent être aléatoires, lorsque toutes les conditions ne sont pas réunies dans la pratique. Comprendre le comment et le pourquoi des choses. C'est très important lorsque chaque réponse apportée soulève de nouvelles questions ! Si bien que ce que l'on considérait comme étant acquis auparavant, il y a un demi-siècle et plus, ne l'est parfois plus aujourd'hui !

J'ai donc mis les doigts dans c'est engrenage puisque j'avais accédé à une position technique qui me faisait une obligation de répondre à des questions pointues et parfois je n'avais pas d'autre solution que de reproduire, un défaut par exemple, dans mon clapier, pour l'analyser et pouvoir répondre convenablement. C'est pour cette raison que j'ai élevé de nombreuses races et variétés de lapins et « exploré » de manière très approfondie plusieurs modèles de coloration : les modèles panaché, multicolore et le modèle himalayen notamment.

Ainsi, en travaillant sur la nanification du Papillon, je me suis aperçu que les « chaplins », théoriquement doublement porteurs du facteur létal selon le savoir livresque : celui du nanisme et celui des tachetés, étaient parfaitement viables, qu'ils se développaient et se reproduisaient normalement ! C'est d'ailleurs avec les femelles « chaplins » que j'ai obtenu les meilleurs résultats. Je me suis arrêté dans cette voie lorsqu'un collègue néerlandais B. Linstra, avec qui j'avais échangé des sujets, a obtenu les premiers Nains Papillons conformes à tout point de vue en type et en dessin. J'ai alors essayé de reproduire le modèle « Hotot » comme est sensé l'avoir fait Mme Bernhard, en privilégiant dans une lignée la panachure à outrance, je me suis arrêté au stade des sujets entièrement blancs avec des oreilles colorés et des yeux bruns, bloqué, et j'ai conclu que je n'aboutirai sans doute pas sans introduire la panachure plaquée.

Pour le modèle himalayen, j'ai surtout essayé d'intensifier la couleur des marques des pattes chez les nains russes, sans augmenter pour autant leur étendue. J'ai tiré beaucoup d'enseignements sans vraiment aboutir. Dans le sens inverse, par contre, cela a très bien marché. J'ai aussi travaillé sur les modèles, chinchilla, martre, siamois..etc, en ayant produit des variétés aussi rares que le russe agouti à marques chinchilla, le russe feh et une dizaine de variétés de martres et siamois dans les tonalités, foncées, moyennes et claires.

Beaucoup de ces variétés sont reconnues en Europe ou ont déjà été décrites, je les ai donc supprimées lorsqu'elles ne me servaient plus, renonçant à « emmerder » mes collègues en les exposant. J'avais donc décidé d'arrêter tout cela. Mais, je me suis aperçu lors de nos traditionnelles journées de formation de juges, que certains collègues ne me prenaient pas au sérieux, lorsque je leur disais par exemple que nous devrions faire la différence, lors du jugement entre les poils blancs qui sont thermosensibles et ceux qui ne le sont pas dans les marques des himalayens. Certaines moqueries m'ont donc décidé à produire quelques sujets pour illustrer mes dires et c'est ainsi que j'ai recommencé à effectuer des accouplements orientés dans ce sens, avec différents géniteurs. Il ne me restait alors plus qu'un seul mâle Martre gris bleu agouti âgé de cinq ans. Je n'ai pas réussi à reproduire ce modèle de coloration qui me plaisait beaucoup et j'avais enfin décidé de le sacrifier. Je l'ai donc accouplé à une femelle Hermine ( yeux roses ) de ma souche qui était encore vide.

Après la mise bas, le père, était déjà mort, le contrôle du nid révéla deux petits de couleur chair d'une taille un peu plus développée que la normale. Ils étaient toujours décolorés à la sortie du nid. Puis peu à peu les oreilles commençaient à se colorer.

C'était exceptionnel et allait au-delà de mes espérances. J'ai eu de la chance, car c'était un mâle et une femelle.

A huit mois, le mâle pesait 1,700 kg et la femelle 1,800 kg. Ils étaient beaucoup plus grand que leurs géniteurs et la couleur de leurs oreilles était d'un gris bleu et envahie par la panachure blanche !

J'ai tout de suite compris que j'avais obtenu un modèle de coloration tout à fait inédit.

Un lapin dépigmenté sur toute la surface du corps, y compris l'iris des yeux, qui sont roses. Sauf les oreilles qui sont, soit complètement colorées, soit panachées (la coloration est envahie par la panachure blanche) comme on le souhaite par exemple pour les oreilles du Rex Dalmatien.

En théorie l'obtention de ce modèle de coloration est simple à expliquer : il suffit de supprimer la thermosensibilité, qui génère la coloration sur les extrémités du corps : masque, pattes et queue, chez le modèle himalayen. On ne la conserve qu'aux oreilles où elle est associée à une panachure formant des taches plus ou moins exprimées. Il s'avéra que ce patron de coloration est fixé, mais sa transmission héréditaire n'est pas « nette ». C'est un modèle hétérozygote identique à celui des lapins Papillons et / ou des Martres et la descendance se divise, selon la règle dite 1 - 2 - 1, avec toutes les difficultés relatives au dessin des oreilles (panachées) ou aux marques (oreilles colorées).

Ainsi lorsqu'on accouple deux albinos à oreilles panachées entre eux, la descendance se compose généralement d'albinos, d'albinos à oreilles panachées et de russes. En gros, dans les proportions mentionnées ci-dessus. Cette façon de procéder me semble la plus adaptée pour circonscrire et pour « piloter » l'expression colorée aux oreilles. Lorsqu'on effectue des accouplements albinos à oreilles panachées avec des albinos complets, on obtient généralement environ 50% de chaque sorte. C'est aussi le cas lorsque l'un des partenaires est un russe, cependant et sans doute sous l'effet de l'addition des facteurs quantitatifs, des taches indésirables réapparaissent alors à mesure que la consanguinité augmente, notamment sur le nez et sur le dessus de la queue en insistant dans cette voie on revient rapidement, par un effet boule de neige, au modèle « himalayen » d'origine avec tous ses défauts initiaux.
Cette façon de procéder est donc à proscrire.

L'Hermine de Lutterbach à oreilles panachées ou colorées.

J'aurais pu me contenter de l'obtention de ce modèle de coloration inédit. Mais comme il est génétiquement fixé, l'accouplement d'un sujet avec n'importe quelle race albinos ou de type himalayen permet donc de le reproduire et de créer une race nouvelle. J'ai donc tenu a créer la première en respectant cette tradition qui consiste à lui donner le nom de la région qui l'a vue naître.

Jacques CZESCHAN

 

Caractéristiques essentielles à rechercher :

Poids idéal 1 kg à 1,350 kg.
Corps court, aussi large que profond. Croupe bien arrondie.
Tête particulièrement courte et volumineuse avec une sphéricité prononcée et un dimorphisme sexuel peu marqué.
Yeux proéminents et oreilles courtes.
Fourrure relativement courte, dense et fine.
Les oreilles sont entièrement colorés ou panachés.

hermine de lutterbach oreilles panaches - jacques czeschan

Hermine de Lutterbach : à oreilles panachées.

Nain Angora

Nain angora chamois

Pays d'origine : France et Europe
Ascendance : Angora et lapins Nains
Importance : peu répandue
Race reconnue le 10 novembre 1988 à Metz

Club de race national officiel : Union Nationale des Eleveurs Sélectionneurs de Lapins Nains.
Clicclub3
 

Historique et généralités

Dans plusieurs pays d'Europe les éleveurs ont essayé de créer un "Angora nain" en combinant le facteur poils longs et la petite taille.

C'est dans les années 80 qu'apparaissent en petit nombre certes, mais de plus en plus fréquemment dans nos expositions, notamment à Paris, des petits lapins à poils longs. C'est sujets très disparates, dans la teinte, le type et la contexture pileuse étaient appelés "Angora nain".

Lors de la réunion de la Commission des Standards du 07 novembre 1987, Charles LECLAIRE souvent confronté à l'appréciation de tels sujets dans les expositions demande à ses collègues d'examiner cet état des choses.

Après réflexions et les nécessaires consultations avec les éleveurs et le Club des Lapins Nains, la Commission réunie le 20 mars 1988 à Montpellier, consciente qu'il fallait agir, se prononce pour l'élaboration d'un standard afin de guider les éleveurs dans leur sélection. Les points essentiels furent immédiatement discutés et le Secrétaire fut mandaté pour mettre au point le texte.

Le 10 novembre 1988 à METZ, le Secrétaire présenta le texte du standard des Nains angora à la Commission ; celle-ci après débat l'adopta avec quelques modifications.

Aujourd'hui, le Nain Angora n'est pas encore devenu un véritable "nain", mais c'est déjà une réduction très harmonieuse de la race Angora Français. Il appartient aux éleveurs de la faire évoluer et de tracer son avenir car cette très intéressante race est encore peu répandue, ce qui l'handicape, la fragilise et freine son perfectionnement.

Jacques CZESCHAN

 

Caractéristiques à rechercher :

Poids idéal compris entre 1,300 kg et 1,600 kg.
Corps court, et trapu.
Rotondité corporelle bien marquée.
Le gigantisme pileux doit toujours donner une vision caractéristique harmonieusement réduite de l'Angora.
Les poils qui recouvrent les oreilles, le museau, les joues et le front sont courts.
L'extrémité des oreilles est ornée d'épis longs et soyeux.
La mèche céphalique est apparent sur le front.
Le bord des joues est garni de favoris.
Le pelage doit être harmonieusement structuré sur tout le corps.
A l'exception des zones recouvertes de poils courts, les poils sont souhaités le plus long possible et non feutrés.

Nain angora blanc - photo : Philippe GINFRAY
Nain angora noir, vue de face - photo : WiIllem HOEKSTRA

Nain Bélier

Nain bélier : modèle multicolore : rhoen - photo Eddy MAYEUR

Pays d'origine : Hollande
Ascendance : Lapins Nains et Bélier
Importance : Assez répandue

Club de race national officiel : Union Nationale des Eleveurs Sélectionneurs de Lapins Nains.
Clicclub3

 

Historique et généralités

Le Nain Bélier n' est pas un véritable nain, comme le Polonais ou les Nains de couleur, car sa petite taille doit être prise en considération par rapport au Bélier Français et non par rapport au lapin sauvage très proche de lui par sa masse corporelle.

C'est Adrian de COK éleveur à Tiburg en Hollande qui commença avec ce travail de "réduction" en 1952 en accouplant des femelles naines avec un mâle Bélier Français. Par la suite, pour rompre la forte consanguinité et améliorer le port des oreilles il introduisit aussi du Bélier Anglais dans sa souche.

Il lui a fallu douze ans de sélection intensive pour aboutir et faire reconnaître la race par la Commission des Standards de son pays le 01 janvier 1964.

La même année de COK exposa des Nains Béliers à l' Exposition de Den Bosch. Le succès fut considérable et l'intérêt des éleveurs pour cette nouvelle race allait croissant dans les années suivantes, puisque le Nain Bélier allait rapidement conquérir l'Europe.

Le Nain Bélier a été reconnu en France en 1984 et son standard publié dans le recueil des standards français édité par la F.F.C.

Aujourd'hui la race est bien implantée chez nous et ses nombreuses variétés sont en constante progression.

Jacques CZESCHAN

 

Caractéristiques essentielles à rechercher :

Poids idéal compris entre 1,400 kg et 1,800 kg.
Corps court, aussi large que profond et très musclé.
Tête très forte et large. Le chanfrein est fortement busqué.
Couronne bien exprimée par un fort bourrelet basal.
Oreilles bien infléchies en forme de fer à cheval.
Oreilles portées verticalement sur chaque côté de la tête, leur ouverture est tournée vers la joue.

Modèles agouti :
gris garenne - photo J.P. GOLLIN
chinchilla - photo : J.P.GOLLIN
jarres noires - photo : Catherine BASTIDE
loutre noir - photo : J.J. MENIGOZ
Modèles unicolores :
noir - photo : Jean-Paul GOLLIN
Modèles himalayen :
chamois - photo : Eddy MAYEUR
siamois - photo : J.J. MENIGOZ
Modèle panaché :
à manteau havane - photo : Eddy MAYEUR
à manteau noir - photo : J.P. GOLLIN
Modèle panaché de type plaqué :
blanc aux yeux bleus - photo : Eddy MAYEUR

Nain Bélier Rex

Nain bélier rex - modèle panaché de type plaqué : blanc aux yeux bleus- photo : Eddy MAYEUR

Pays d'origine : France
Créateur : Pierre PÉRIQUET (55 Gincrey)
Ascendance : Lapins Nains Béliers et Rex
Importance : Assez rare
Race reconnue le 29 novembre 2005 à Hoenheim.

Club de race national officiel : Union Nationale des Eleveurs Sélectionneurs de Lapins Nains.
Clicclub3

 

Histoire de sa création

Le Bélier nain rex est né de croisements entre des Béliers nains et des Nains rex. Le premier accouplement eut lieu durant l'année 1998. Dix lapins nés de ces croisements étaient des lapins nains (porteurs du gène " Rex ") à poils normaux avec des oreilles de 7 à 8 cm de long et légèrement écartées. J'ai gardé deux mâles et quatre femelles de cette première génération, j'ai croisé ces sujets entre eux et quatorze lapereaux virent le jour. Parmi ces petits lapins seulement trois étaient rex (deux mâles et une femelle). Persuadé que certains d'entre eux auraient les oreilles tombantes, j'ai recommencé le même croisement avec les deux mâles et les quatre femelles (il n'y avait pas de raison que le gène " rex " soit récessif et que le gène " oreilles tombantes " ne le soit pas). Malheureusement, même après six mois de croissance, aucun des vingt trois lapins obtenus en deuxième génération n'avaient les oreilles tombantes. Parmi les vingt trois lapins seulement six étaient rex. Pour éviter la consanguinité, j'ai conservé six autres lapins de cette génération mais qui eux étaient non rex (prenant soin de prendre les lapins aux oreilles les plus longues).

La moitié du chemin était fait puisque j'avais des lapins de la corpulence du Nain bélier  avec le pelage rex, il ne restait plus qu'à sélectionner les oreilles et la tête du Bélier. Ne faisant pas reproduire en hiver, j'ai attendu  le mois de février de l'année 1999, pour recommencer les accouplements. Avançant à tâtons, et n'ayant pas compris la transmission du caractère " oreilles tombantes ", j'ai décidé pour obtenir de meilleurs résultats sur le port des oreilles de faire un croisement de retour. Pour cela, j'ai acquis un couple de Nains béliers  (afin d'éviter les problèmes de consanguinité). J'ai  croisé les six lapins rex obtenus en deuxième génération avec ces Béliers nains. De ce dernier croisement, j'ai obtenu sept lapins, poils normaux et oreilles semi tombantes, ce qui était normal pour le pelage puisque le gène " rex " est récessif, mais le problème des oreilles n'était toujours pas réglé, même si la longueur s'améliorait (10 cm). Pour avoir le pelage rex, j'ai croisé ces lapins avec d'autres lapins ayant le gène " rex ", j'avais gardé de la deuxième génération six lapins non rex dont certains étaient porteurs du gène " rex ", la difficulté était de savoir lesquelles étaient porteurs (lors d'un accouplement entre deux sujets porteurs d'un gène récessif comme le gène " rex " on obtient selon les lois de Mendel, 25% de lapins rex, 50% de lapins porteurs du gène rex et 25% de lapins non porteurs du gène ; seulement aucun signe extérieur ne différencie les lapins porteurs d'un gène de lapins non porteur). Dans cette quatrième génération de croisement, une femelle bleue un peu plus forte que les autres s'est avérée après six mois de croissance avoir les oreilles tombantes, malheureusement elle n'était pas Rex et je ne pouvais pas savoir  si elle était porteuse du gène Rex. J'ai gardé cette femelle pour l'accoupler avec un lapin de la même génération et ce fut l'aboutissement de mon travail car le premier Bélier nain Rex voit le jour en début d'année 2001. D'autres Nains béliers rex sont nés de ce croisement, mais malgré tous mes efforts pour éviter les problèmes de consanguinité, ces lapins  ont eut des difficultés de croissance, de la malocclusion et une forte mortalité au nid. Pour y remédier, j'ai croisé le premier Nains béliers rex avec deux femelles Bélier  provenant d'une souche différente de celles utilisées auparavant afin d'obtenir des lapins Nains béliers porteurs du gène rex. Une fois ces lapins croisés entre eux, 25% des jeunes étaient rex. J'ai conservé tous les jeunes rex en pensant qu'ils auraient les oreilles tombantes. Mais j'ai été surpris de constater que sur cette génération, certains sujets étaient vraiment Nains béliers rex alors que quelques autres sujets avaient avec une oreille droite et une oreille tombante ce qui était rédhibitoire. Ce problème a pu être résolu grâce à une sélection.

Après avoir obtenu plusieurs sujets qui me paraissaient aptes pour une procédure d'homologation, j'ai envoyé une lettre, au début de l'année 2003, à M. CZESCHAN, président de la Commission des standards et représentant à l'Entente européenne. Suite à notre correspondance, il m'a conseillé de présenter mes lapins à l'exposition de Metz pour la première présentation des Nains béliers rex. Pour cela, j'ai contacté les responsables de l'exposition de Metz en leur précisant mon intention d'inscrire les 8 lapins nécessaires pour une procédure d'homologation. Cette démarche a été inutile, car les cartes de jugement n'étaient pas recevables et les lapins ont été jugés par un juge ne faisant pas partie de la commission des standards. Suite aux évènements survenus, M. CZESCHAN, avec l'accord des autres membres de la commission, m'a proposé de recommencer une nouvelle présentation à Hoenheim. Le compte rendu et les conseils de cette commission m'ont permis d'orienter la sélection des Nains béliers rex aussi bien sur le type que sur les coloris.

La deuxième présentation eut lieu à Mulhouse, où les juges ont pu constater que les conseils avaient bien été pris en compte. Il ne restait plus qu'à effectuer la dernière présentation avant l'homologation, qui eut lieu à Strasbourg. Et la commission des standards a accepté cette race fin 2005. Et je remercie tous ceux qui m’ont aidé dans cette entreprise. Le Nains béliers rex vient s’ajouter à la longue liste des lapins rex et ne demande qu’à se répandre.

Pierre PÉRIQUET, Créateur de la race

 

Caractéristiques essentielles à rechercher :

Poids idéal 1,400 kg à 1,800 kg.
Corps court, aussi large que profond et très musclé.
Tête Très forte et large. Le chanfrein est fortement busqué.
Couronne bien exprimée par un fort bourrelet basal.
Oreilles bien infléchies en forme de fer à cheval.
L’uniformisation dans le développement des poils provoque une homogénéité de texture.
La très bonne tenue verticale du pelage est la conséquence de l’extrême densité et de la pleine consistance de la fourrure.
La longueur du pelage oscille, sur le dos, de 14 à 18 mm.
La relative finesse des poils provenant de leur structure amenuisée confère à la fourrure une douceur au toucher et une sensation de velouté.

Modèles agouti :
noir - photo : Catherine BASTIDE
bleu
Modèles albinos :
blanc aux yeux roses - photo : Pierre PERIQUET
Modèles himalayen :
chamois - photo : Pierre PERIQUET

Nain de Couleur

Nain de couleur - modèle multicolore : rhoen

Pays d'origine : Hollande
Ascendance : Hermine
Importance : Assez répandue

Club de race national officiel : Union Nationale des Eleveurs Sélectionneurs de Lapins Nains.
Clicclub3

 

Historique et généralités

On pourrait considérer que le Nain de couleur est né en 1918 avec le Polonais aux yeux bleus, mais celui-ci étant classé "Hermine/Polonais", c'est au forgeron Hoeffmann de Brielle dans les Pays-Bas qu'il convient d'attribuer la paternité de cette nouvelle création.

Bénéficiant du soutient éclairé de F. SCHAEDTLER et de J. de JONG, Juges cunicoles réputés et grands spécialistes des nains, HOEFFMANN a commencé avec des géniteurs Polonais et du lapin sauvage, son objectif : le Nain de couleur.

En 1938, il a présenté à l'Exposition nationale de Haarlem 14 jeunes Nains de couleur, 10 gris garenne, trois bleus et un noir argenté. D'après certains avis ils étaient encore relativement grands.

La race a été reconnue le 1er Janvier 1940 par la Commission des Standards des Pays-Bas.

La guerre, puis l'après-guerre n'ont pas été très favorables au développement du Nain de couleur. Dans les années 50 ils sont apparus en France et sont mélangés aux sujets issus de croisement.

La race a été reconnue en 1958 par la Fédération Alsace-Moselle et son standard publié dans le recueil des Standards édité par l'Union des Juges d' Alsace-Moselle la même année.

Aujourd'hui, les Nains de couleur sont bien répandus dans toute la France et la tendance est à la progression.

Jacques CZESCHAN

 

Caractéristiques à rechercher :

Poids idéal compris entre 1 kg et 1,350 kg.
Corps court, aussi large que profond. Croupe bien arrondie.
Tête particulièrement courte et volumineuse, avec une sphéricité prononcée et un dimorphisme sexuel peu marqué.
Yeux proéminents et oreilles très courtes.
Fourrure relativement courte, dense et fine. On reconnaît un pelage dense et bien structuré par un rehaussement longitudinal des poils dans la partie médiane sur le dos et sur la croupe.

Modèles agouti :
gris garenne - photo : Edddy MAYEUR
gris fer - photo Eddy MAYEUR
noir et blanc
Lynx - photo : Eddy MAYEUR
loutre noir - photo : Eddy MAYEUR
loutre havane - photo : Jean-Paul GOLLIN
feu noir - photo : Jean-Paul GOLLIN
feu bleu
Modèles unicolores :
noir - photo : J.J. MENIGOZ
bleu - photo : Philippe GINFRAY
Modèles himalayen :
russe - photo : Eddy MAYEUR
siamois bleu
Modèle argenté :
noir - photo : Eddy MAYEUR
 

Pour la variété écru : suivre le lien ICI

Nain lièvre (Polish)

NAIN LIÈVRE -POLISH  (janvier 2019)

Nain Lièvre blanc yeux roses  (Photographie Eddy Mayeur)

Pays d'origine: Angleterre

Ascendance: Polish – sélection anglaise du lapin nain

Importance : En progression

Premier Standard adopté en France en 2015 (base du Standard européen)

Club de race national officiel : Union Nationale des Éleveurs Sélectionneurs de Lapins Nains.

Clicclub3

 

Historique et généralités.
Les premiers Polish (uniquement blanc aux yeux roses) ont été exposés en 1884 à Hull en Angleterre. C'étaient des "petits lapins" sélectionnés dans une population de lapins importée de Pologne et dont la taille avoisinait celle du lapin sauvage.

Il est cependant probable, qu'à un moment donné, des croisements ont été effectués avec d'autres races ; le Hollandais et l' Argenté anglais sont citées. Parmi les spécialistes impliqués dans cette création on cite J. MEYNELL et George HEDWORTH.

Le Polish Rabbit Club est créé en 1896, uniquement pour le blanc aux yeux roses.

A la fin du 19e siècle et au début du 20e, beaucoup de Polish (Polonais) ont été exportés vers le continent, et notamment vers l' Allemagne, la France et la Hollande...

En 1908, Eugène MESLAY écrivait que le Polonais devait être aussi petit que possible, que son corps était court et très large avec un poids maximum de 1,500 kg.

Il avait une tête courte, forte et arrondie. Son œil était grand et proéminent.

Ses oreilles étaient petites et droites, assez large à leur base et pointues au sommet...

Enfin le poil de la fourrure était court, fin, serré et luisant.

La race n'évolua que très peu sur le continent avant la première guerre mondiale car la conjoncture ne lui était pas favorable puisque les grandes peaux se vendaient mieux que les petites et que les carcasses moyennes à grandes convenaient mieux pour satisfaire les impératifs de consommation de cette époque.

Cependant, il y avait toujours des originaux pour préserver à sélectionner les plus petits reproducteurs.

En Allemagne, certains éleveurs arrivaient même à bien vendre les petites peaux, censées imiter celle de l’Hermine - la vraie -. C'était la mort du Polish et la naissance de l'Hermine dans ce pays.

Revenons en Angleterre. Le polish, dans sa forme générale actuelle existe avant 1920.

A partir des années 1950, différentes variétés sont créés par croisement avec des Nains de  couleur  importés des Pays-Bas. Aujourd’hui, en Angleterre, le Polish existe en plus de 35 variétés.

Le Nain Lièvre (Polish) est intégré au Standard européen en 2012.

Important ; le Nain lièvre n'est pas une version miniature du Lièvre Belge.

Caractéristiques essentielles à rechercher

Poids idéal compris entre 0,900 kg et 1,350 kg.

Corps assez long et élancé, allure très élégant et svelte. Type de position relevé avec une ligne dorsale formant une courbe très accentuée se fondant avec la croupe. Vu de profil, le tout s'inscrit dans un quart de cercle.

NL2

 

Fourrure très serrée, brillante et de texture assez rigide. Comparé aux autres races le sous-poil est moins dense.

Pattes antérieures longues, fines avec des pieds courts et des orteils bien serrés contribuant par leur faible appui (pied de chat) à l’attitude haute typique à rechercher.
Les pattes antérieures, la poitrine, la tête et les oreilles forment vue de côté une ligne verticale.

NL3

Tête de forme ovoïde avec un chanfrein légèrement busqué - Yeux relativement grands – Oreilles de structure fine, portées droites et serrées, longueur idéale 6cm.

Montage de la présentation J-J Ménigoz  -  Illustration Dereck Medlock

                       NL4

Nain Lièvre Zibeline bleu (photographie Pierre Sorg)

NL5 NL6  NL7 NL8 NL9

 

 

 

 

 

 

Nain Renard

Nain renard blanc aux yeux rouges - photo : Standard EE 2003

Pays d'origine : Europe
Ascendance : Lapins Nains et Lapins Renard
Importance : peu répandue
Race intégrée dans le Standard le 01 février 2003 à Geispolsheim (67)

Club de race national officiel : Union Nationale des Eleveurs Sélectionneurs de Lapins Nains.
Clicclub3

 

Caractéristiques essentielles à rechercher :

Poids idéal 1 kg à 1,400 kg.
Corps court et trapu. Rotondité corporelle bien marquée.
La longueur maxi des oreilles ne doit pas dépasser 7 cm.
La longueur des poils, dans leur zone de pleine expression, se situe entre 3,5 et 5 cm. Leur régularité de développement est à rechercher.
La tête, les oreilles et les pattes présentent une fourrure quasiment normale.

nain renard havane w. hoekstra

Nain renard havane - photo : Willem HOEKSTRA

Nain Rex

Nain rex - modèle panaché de type plaqué / photo : Eddy MAYEUR

Pays d'origine : France et Europe
Ascendance : lapin Nain et Rex
Importance : peu répandue

Club de race national officiel : Union Nationale des Eleveurs Sélectionneurs de Lapins Nains.
Clicclub3

 

Caractéristiques essentielles à rechercher :

Poids idéal 1,100 kg à 1,500 kg.
Corps court et trapu. Rotondité corporelle bien marquée.
La longueur maxi des oreilles ne doit pas dépasser 7 cm.
L’uniformisation dans le développement des poils, provoque une homogénéité de texture.
La très bonne tenue verticale du pelage est la conséquence de l’extrême densité et de la pleine consistance de la fourrure.
La longueur du pelage oscille, sur le dos, de 14 à 17 mm.
La relative finesse des poils provenant de leur structure amenuisée confère à la fourrure une douceur au toucher et une sensation de velouté.

Modèles agouti :
castor
loutre noir
loutre bleu
Nain angora blanc - photo : Philippe GINFRAY
Modèles multicolore :
rhoen - photo : Eddy MAYEUR

Nain Satin

Nain satin ivoire aux yeux bleus - photo : Eddy MAYEUR

Pays d'origine : France et Europe
Ascendance : Lapins nains et Satins
Importance : Peu répandue

Club de race national officiel : Union Nationale des Eleveurs Sélectionneurs de Lapins Nains.
Clicclub3

 

Caractéristiques essentielles à rechercher :

Poids idéal 1kg à 1,400 kg.
Corps court et trapu. Rotondité corporelle bien marquée.- photo : Eddy MAYEUR
La longueur maxi des oreilles ne doit pas dépasser 7 cm.
Le brillant satiné est occasionné par la structure pileuse et son état de surface extrêmement lisse. En soufflant dans la fourrure, le lustre doit rester perceptible en profondeur.
La finesse de texture et la douceur (aspect et sensation soyeux), résultent de l’amincissement des poils et de leur poli.
La tenue et l’homogénéité sont les conséquences d’une fourrure très serrée au corps, avec une épaisseur uniforme et une longueur régulière appropriée à la taille naine.

Nain satin gris bleu
Nain satin lynx
Photos : Eddy MAYEUR