Pays d'origine : Belgique
Créateurs : Magalie NATHUS, Véronique HENRIOUL et Richard DERAVET
Ascendance : Nain Bélier et Nain Angora
Importance : Assez rare en France

Premier standard adopté par la Fédération Française de Cuniculiculture
le 24 février 2018 à Paris (75)

Club de race national officiel : Union Nationale des Eleveurs Sélectionneurs de Lapins Nains

Texte Richard DERAVET - Montage Présentation Jean-Jacques MENIGOZ

lienvert


Historique et généralités.
Dernière race belge apparue en 2014, cette race ressemble (à part la tête) comme une goutte d’eau au Nain Angora, Malgré le fait que les oreilles tombent, normal me direz-vous pour un lapin bélier.
En 2006, Alain Hoyaux me sollicita pour expertiser des lapins Bélier angora issus des élevages
de membres de son Association, à savoir : Geneviève Stegen, Virginie Lemurien, Magaly Nathus et Véronique Henrioul. Les sujets étaient assez éloignés du type recherché ; trop lourd, majoritairement de coloris mélangés, avec par contre un pelage déjà bien exprimé. Alain me demanda donc d'encourager ces éleveuses à standardiser ces animaux.
Je reçu une femelle et après différents accouplements, la variété blanche aux yeux bleus fut la première qui se rapprocha du standard recherché.

C'est à ce moment que l'aventure de l'homologation débuta, tout d'abord en janvier 2009 à Malmédy avec un avis positif, ensuite en janvier 2010 à Ranst avec un avis négatif. A ce
moment nous rectifions quelques détails (poids et rubriques) pour la présentation en janvier 2011 à Bastogne ; l'avis est positif, il faut dire que Véronique Henrioul et moi-même
avions ce jour-là, mis tous les atouts de notre côté et la Commission avec intelligence revenait sur l'avis de l'année précédente pour accepter cette race au standard belge.
Malheureusement, furent seulement acceptées, les variétés blanches aux yeux rouges et aux yeux bleus. De mon avis, c'est une incohérence, car par exemple pour la variété blanche aux yeux bleus des races belges Géant des Flandres, Lièvre Belge et Barbu de Gand, aucune présentation ne fût nécessaire. Pour la race Nain Lièvre, reconnue en multiples colorations, uniquement des blancs aux yeux rouges suffirent pour l'acceptation au Standard.
Notre Présidente du club spécialisé Belge, (qui vu le jour le 11 novembre 2011), qui défend cette race mais aussi la future race le Nain Bélier Satin et la race française, le Nain Bélier Rex,
est quelqu'un de persévérant et présentera bientôt la variété bleue.
Nous sommes conscients que les variétés actuellement au standard du Nain Angora, ont du  mal à s'exprimer sur la structure, l'atténuation pigmentaire ne permettant pas une pleine
expression des zonages ou des divers contrastes, donc nous souhaitons qu’en plus des deux blanches, viennent simplement s'ajouter le noir, le bleu, le brun (ou havane) et le fauve (ou
jaune).

La race n'est pas facile à juger pour des Collègues qui n'ont jamais élevés des lapins possédant cette structure de pelage Angora. Avec un peu d'habitude, nous reconnaissons de suite à la palpation, les sujets simplement peignés, même régulièrement, seront beaucoup moins dense que les sujets trimestriellement tondus ou mieux dépilés.

NBA2

Caractéristiques à rechercher
Poids idéal compris entre 1,500 kg et 2.000 kg.
Corps court et fortement trapu. Rotondité d’ensemble bien présente.
Le relatif gigantisme du pelage lui donne sa longueur et son épaisseur caractéristique. Les attributs sont les poils longs visibles sur la face externe des oreilles et à leur extrémité, la mèche céphalique bien apparente sur le front, le bord des joues garni de favoris et les pattes présentant des poils longs.
La longue toison recouvre régulièrement tout le tronc et les membres. Le sous-poil, très long est très dense et consistant. Les longs poils tecteurs et recteurs sont régulièrement répartis. Ils assurent la tenue du pelage. La longueur de la fourrure ne doit pas être inférieure à 5 cm.
La tête caractéristique du Bélier ainsi que le fort bourrelet basal (couronne) doivent être bien exprimés. Longueur des oreilles de 22 à 28 cm. Lorsque la fourrure est pleinement développée, la tête ne se distingue pas nettement du corps.
Variétés admises : banc aux yeux roses et blanc aux yeux bleus et les unicolores bleu, le noir et havane. La couleur pure s’exprime pleinement sur les zones où le pelage est le plus court.
Les poils pouvant entraver le champ visuel ou blesser la cornée de l’animal doivent être coupés.
Commentaires :
Il n'est pas aisé d'obtenir des sujets court et trapu tout en conservant le gabarit dans des proportions nanisées.
La mesure de 5 cm exigée est vraiment un strict minimum, la moyenne se situe généralement vers les 8 cm, quelques sujets d'exception atteignent les 10 cm. Concernant le ventre, la densité et la longueur des poils sont moindres qu’ailleurs sur le corps. Le juge doit mettre la condition de la fourrure en exergue.
Pour bien comprendre la structure du pelage Angora, il est essentiel de connaître le  phénomène de mue. Qu'est-ce que la mue ? C'est l'ensemble des changements
Physiologiques que subissent l'épiderme et les productions épidermiques, poils, plumes, auxquels les animaux sont sujets à certaines époques de leur vie. Le lapin à fourrure dite «normal» ne fait qu’une mue par an, tandis que nos Angoras (contrairement à certaines  croyances considérant qu’il ne mue pas) réclame un dépilage ou une tonte trimestrielle, car il fait quatre mues par an.

Sans ces actions d’élimination des poils morts, l'Angora perd sa toison après 90 jours, et malheureusement les poils restants se mêlent à celui qui le remplace et provoque ainsi un
feutrage, rendant les poils inutilisables et bien évidemment la présentation aux expositions (sans parler des problèmes de santé).
Du point de vue physiologique la mue trimestrielle de l’Angora est explicable. On sait que l’on peut influencer la chute des poils de la plupart des animaux domestiques, soit par la nourriture,
soit par la température du milieu. En chauffant les étables, on est parvenu à provoquer la mue en plein hiver. Si nous considérons la toison de l’Angora au double point de vue de sa longueur et de
ses propriétés thermiques, les conditions énoncées ci-avant se trouvent remplies pour provoquer la chute de la laine dès que la densité et la longueur sont suffisantes.
La laine du lapin Angora est à croissance discontinue (c’est-à-dire qu’à une certaine époque la pousse des poils s'arrête) par opposition à la laine du mouton qui est à croissance continue.
Les splendides confections en laine de poils de lapins « Angora » n’ont rien à envier aux réalisations en pure laine vierge.

Pour un Nain Bélier Angora de qualité, en plongeant ses mains dans les poils, on ne doit pas parvenir à la peau, tellement le duvet (la bourre) est dense.
Les poils de bourre ont leur tige recouverte de cellules aplaties, formant des écailles irrégulières disposées comme des tuiles de toit. La structure de la bourre est intéressante, et permet au poil de s’accrocher. Il lui donne les mêmes propriétés que la laine de mouton, notamment de se filer.

NBARD3